The cult of fun has spread like some disgusting haemorrhagic disease

Accueil > Comment on cause du jeu vidéo >

On ne joue pas avec la présomption d’innocence ? Le comité de vigilance du SNJV et de l’AFJV est-il bien vigilant ?

On l’a vu un peu partout, le SNJV n’est pas content. Encore une fois, on attaque le jeu vidéo. Et ce n’est pas très sympa. Après la tuerie en Allemagne, et le coup de couteau sur la fillette-qui-ne-voulait-pas-prêter-sa-console, le jeu vidéo a encore été mis en cause de manière plus ou moins directe. Ca suffit comme ça !

C’est vrai ça ! Y’en a marre de ces journalistes qui racontent n’importe quoi et en particulier que le jeu vidéo c’est le mal. Raz le bol de cette vision manichéenne des choses, raz le bol des amalgames ! Heureusement, le SNJV est là pour nous rappeler à la raison, c’est-à-dire : le jeu vidéo c’est le bien !

Et pour ce faire, ils n’y vont pas en inventant l’eau chaude ! Ainsi le syndicat en question « tient à interpeler solennellement tous les medias
ayant rapporté qu’une fillette avait été poignardée le 2 mars 2009 à la suite d’une dispute
dont la cause était une console de jeux vidéo.
 » Voilà ! On rigole plus, soyons sérieux, soyons solennellement grave.

Pour une fois que le problème du lien entre le jeu vidéo et la violence, ainsi que celui du traitement médiatique du jeu vidéo va être traité de manière sérieuse et solennelle par un des acteurs du milieu, vous vous doutez bien qu’à Interface, nous nous associons au mouvement tout comme Gameblog.fr mais également Gamers.fr et l’Agence Française pour le Jeu Vidéo
pour que cesse les amalgames !

Si pour ce qui est de la tuerie allemande, on est pas encore trop sûr du côté du SNJV, en ce qui concerne la fillette par contre, on a des éléments. "Depuis la publication de ces informations, l’enquête judiciaire a démontré que ce petit garçon était totalement hors de cause, et que c’était la mère de la fillette qui avait porté le coup de couteau….". Et il est heureux que certains médias aient tout de même rectifié précisant bien "le fait que la mère était
en définitive la criminelle
".

Il est certain qu’il n’en fallait pas plus pour lever tout soupçon pesant sur le jeu vidéo. La question étant plutôt de savoir s’il en fallait autant. Le jeu vidéo — première industrie culturelle — et ses professionnels — qui ne connaissent pas vraiment la crise — avaient-ils vraiment besoin que le SNJV monte aux créneaux, en bousculant au passage la présomption d’innocence ? Le manque de critique est-il si grand ?

Le problème de la posture de l’indigné vertueux c’est qu’elle ne résoud rien, n’interroge rien (surtout lorsqu’il s’y prend aussi mal). Pire, cette énième campagne d’autopromotion de la corporation vidéoludique, relayée avec ferveur par la presse fait diversion. Car il existe bien des personnes vigilantes comme demandé dans le communiqué. Encore faut-il aller les chercher.

Ainsi cet article de Shane Fenton sur Gamingince198x.fr qui loin d’être indigné tente de prendre le problème avec distance et nous offre un quasi-dialogue philosophique sur le problème. On peut également regarder avec un certain intérêt comment cette fois-ci les journalistes ont critiqué leur travail avec le duel Rue89/l’Express. Enfin, et Tonton vous en avait déjà fait mention ne manquez pas l’article de Olivier Mauco sur le cadrage idéologique du jeu vidéo par la presse, article écrit à la suite de l’émission Zone Interdite du 8 mars 2009. On y trouve un démontage des pratiques en jeu lors de la conception de ce type de reportage, ainsi qu’une explicitation des présupposés à l’oeuvre : l’addiction présentée comme une vérité établie, l’asymétrie de la parole (experts vs journalistes), etc.

Experts et professionnels du jeu vidéo, chanterez-vous donc à jamais la même ritournelle du sursaut éthique ? Que ce soit pour la réglementation du jeu vidéo (norme PEGI en tête) pour son traitement médiatique (ce comité de vigilance) ou pour la qualité des titres proposés par les éditeurs (avec la célébration continue des suites et son corollaire : la complainte de la nouveauté) ?

Alors en fait non, vous l’aurez compris, on ne va pas s’associer au SNJV et cie. Les joueurs n’avaient pas besoin de ça.

mardi 7 avril 2009

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

En bref