The cult of fun has spread like some disgusting haemorrhagic disease

On cause jeu vidéo

Et il est où le bon joueur à son éditeur ?

24 décembre 2011, par Eidolon
Le PC n’a plus la cote auprès des éditeurs. Faute au piratage paraît-il. Il faudrait désormais se tourner vers les consoles, porteuses de bien plus d’espoir pour la juste rémunération des « ayants (...)

Propagande clandestine (partie 1)

13 avril 2011, par Eidolon
La presse nous rebat régulièrement les oreilles des performances exceptionnelles du jeu vidéo qui ne cessent de dépasser celles du cinéma et qui, très bientôt, devraient également se farcir celles de la (...)

Silent Hill : Homecoming

28 janvier 2009, par Eidolon, Karl
Que ce soit par son traitement graphique, reprenant l’esthétique du film de Christophe Gans, ou son gameplay plus orienté vers l’action, un peu à la manière d’un Resident Evil 4, ce Silent Hill : (...)

Metal Gear Solid ou le droit de jouer

3 mai 2008
La série des MGS repose sur sa propre altération/transformation. Chaque épisode crée la possibilité de bouleverser/conserver ses propres contraintes constituantes. Snake maîtrise l’art de se moquer de (...)

Jeu vidéo et Mathesis universalis

29 avril 2008, par Karl
ou comment le jeu-vidéo, grâce à l’avènement et au développement du moteur physique, parvient de manière inattendue à valider des hypothèses métaphysiques et cosmologiques vieilles de trois siècles ! On (...)

Le jeu vidéo, c’est bon pour la santé !

25 mars 2008
Le jeu vidéo est-il le reflet de l’esprit sécuritaire, gestionnaire et sanitaire qui flotte tranquillement dans l’air du temps ? Courte vue sur le traitement de la santé et de la mortalité, explicite (...)

Assassin’s Creed - La sécurité routière fait main basse sur le jeu vidéo

29 février 2008, par Tonton
Assassin’s Creed d’Ubisoft est un moniteur d’auto-école prudent. Il aime la sécurité et respecte toujours le code de la route. Seul petit bémol : souvent, lors de ses leçons, ses élèves s’endorment au (...)

Umbrella : nouveau Prince de ce monde

20 novembre 2007, par Karl
Si on prend un jeu vidéo comme Resident Evil et que l’on essaie d’en dégager le type d’inconscient collectif dont il est vecteur, on découvre un motif bien connu de l’imaginaire politique : celui du (...)

En bref