The cult of fun has spread like some disgusting haemorrhagic disease

Accueil > Comment on cause du jeu vidéo

mardi 27 novembre 2007

Une de perdue...dix de perdues.

Petite réaction à une petite absence cependant très significative.

Le Manière de voir n° 96 (bimestriel édité par le Monde Diplomatique) s’intitule (sans doute en référence au documentaire sur Noam Chomsky, Manufacturing consent, réalisé par Mark Achbar et Peter Wintonick en 1992) La fabrique du conformisme, « divertissement, consommation, management ».

Pour dire vite, ce numéro interroge les différents moyens grâce auxquels le modèle de l’entreprise néoclassique s’étend à l’ensemble des activités humaines (travail, œuvre, action pour reprendre la tripartition d’Hannah Arendt, cf. « Travail, œuvre, action », conférence de 1957) en en réduisant la richesse pour ne conserver et promouvoir que l’action utile à l’extension de ses propres schémas (autopromotion). Aussi trouve-t-on d’intéressants développements sur la télévision, le cinéma, le théâtre, la littérature etc. mais rien à propos du jeu vidéo.

Le marché du jeu vidéo brasse pourtant plus d’argent que celui du cinéma et le moindre évènement artificiellement construit par la publicité devient à coup sûr un évènement réel, c’est-à-dire un ajustement consommé des intérêts de tous. Bref, le jeu vidéo, même lorsqu’il se présente comme un exemple particulièrement net de divertissement abondamment pratiqué, où règne un conformisme mercantile écrasant, où l’arbitraire de la domination du modèle de l’entreprise néolibérale semble s’imposer le plus souvent par l’autopromotion afin de passer pour nécessaire, ne fait pas l’objet de la moindre critique.

Parménide. « Et les objets comme ceux-ci, Socrate, qui pourraient même sembler dérisoires, tel que le cheveu, la boue ou la crasse, ou tout autre objet dépourvu de toute importante et de toute valeur, est-ce qu’ils font difficulté pour toi ? te demandes-tu s’il faut poser pour chacun une Forme séparée, elle-même distincte de ce que nous touchons de nos mains ? – Socrate. Nullement ; dans leur cas, à ce que nous voyons, je reconnais l’existence, mais quant à penser qu’il en existe une Forme, ce serait par trop étrange. [1]

Autrement dit, le jeu vidéo est victime non seulement d’un recouvrement mercantile particulièrement lourd qui l’éloigne de quelque chose comme la culture mais, également, d’une absence de reconnaissance critique qui le condamne au préjugé.

par Tonton

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Notes


[1Platon, Parménide, 130be